Ca fait désormais un an que j’ai déménagé à Paris. Le temps passe vite ! Après une petite période d’adaptation nécessaire, je profite de ma petite expérience personnelle pour vous présenter un petit article pratique sur les moyens de transport dans la capitale française. Quel mode de transport privilégier en fonction de vos besoins ? Quels sont les tarifs de chacun ? Je fais le tour, je fais le tri.

Avoir son propre véhicule

Lorsque je vivais en Alsace, j’avais ma propre voiture. Mon travail étant situé légèrement en dehors de la ville, c’était non seulement pratique, mais aussi nécessaire. Les kilomètres se sont accumulés sur ma petite Citroën DS3, mais je m’en suis finalement séparé en venant à Paris, pour plusieurs raisons. La première, c’est le manque d’utilité : à titre personnel, je n’en avais pas spécialement besoin, mon travail étant très bien desservi par les transports en communs. La seconde, c’est le prix. En plus de l’assurance, le coût du parking n’est pas donné (comptez environ 150-200€ par mois pour une place dans un endroit sécurisé).

Si toutefois vous avez besoin d’un véhicule sur place, je ne saurais que trop vous conseiller d’opter pour une petite voiture citadine. Les places de parking dans la rue sont rares, et avoir un modèle de poche pour stationner est toujours plus pratique. Idem, c’est beaucoup plus simple de se faufiler dans le trafic avec ces modèles compacts.

Les transports en commun

Le grand classique reste bien évidemment l’utilisation des transports en commun. Toutes les personnes vivant dans la capitale peuvent bénéficier d’un titre de transport de la Ville de Paris, via le Pass Navigo. Suite à la récente augmentation du prix, il vous en coûtera désormais 75,20€ pour avoir accès à toutes les zones, et tous les modes de transport : métro, tram, RER, bus.

La ville est extrêmement bien quadrillée par l’ensemble de ces moyens de transport, si bien que Paris figure toujours parmi les meilleures villes du monde en termes de desserte par les transports en commun.

Se déplacer à vélo

Récemment, j’ai franchi un cap supplémentaire dans mon mode de vie parisien, en souscrivant à un abonnement Vélib. Mon immeuble n’étant pas équipé d’un local me permettant de stocker mon propre vélo, j’ai décidé d’opter pour la solution proposée par la ville de Paris.

C’est extrêmement abordable, puisque l’abonnement démarre à 19€ (pour les jeunes). Personnellement, vu mon grand âge, c’est l’option classique que j’ai choisi. Il m’en coûte donc 29€ par an. Pour chaque trajet, les 30 premières minutes sont gratuites, puis c’est 1€ pour la première demie-heure supplémentaire, 2€ pour la suivante, puis 4€ au-delà. Ces derniers montants peuvent paraître importants, mais ce sont surtout les 30 minutes gratuites qui sont importantes. Si vous ne faites pas la diagonale de Paris, cela devrait largement suffire, et vous n’aurez donc aucun coût supplémentaire en plus de l’abonnement.

VTC, le luxe à portée de pouce

Bien évidemment, on ne peut pas parler de transports sans évoquer les très nombreuses solutions de VTC disponibles dans la capitale (et un peu partout en France, de plus en plus). On pense bien sûr à Uber, le plus gros poisson, mais de plus en plus de nouvelles offres sont disponibles.

Notre préférée, c’est Le Cab, qui propose depuis cette été (et jusqu’à la fin de l’année) des courses à 5€ dans Paris intra-muros, peu importe la durée et la distance. On a un peu de mal à trouver un chauffeur au vu de la demande, mais c’est très rentable ! Un petit nouveau vient également d’arriver : Taxify. On est sur des prix à peu près similaires à Uber & Cie, sauf que la firme propose une réduction immédiate de -50% sur toutes ses courses, jusqu’à une date indéterminée. Ce ne sont pas les seules options : on pense aussi à Heetch ou encore Chauffeur Privé, pour ne citer qu’eux.

A propos de l'auteur

Fondateur / Rédac' chef
Google+

En plus d’essayer de dominer le monde avec Conso-Mag, je suis rédacteur web pour quelques autres sites internet, spécialisés notamment dans les jeux vidéo et le cinéma. Ajoutez à cela une passion pour le football et les vidéos de chatons, et vous avez une vision plus ou moins globale de l’énergumène que je suis.