Quand vous entendez sable blanc à perte de vue, vous imaginez très certainement Bora Bora ou Tahiti…  Bref des endroits paradisiaques. 

Cependant, vous êtes ici dans un endroit hostile où votre seul but sera de survivre… difficilement ! 

Bienvenue dans Starsand !

Survie à tout prix

Aujourd’hui nous allons nous pencher sur le nouveau jeu indépendant du studio Tunnel Vision (Time Travelling Blues) : Starsand.

Alors que vous courez le marathon, vous vous retrouvez pris dans une tempête de sable entre deux points de contrôle. Égaré, vous vous retrouvez en plein désert seul et perdu avec pour seul compagnon une gourde d’eau vide.

Vous débutez dans une petite cahute au plein centre d’une grande étendue de sable à perte de vue.

Seulement tout est mortel ! On pense bien entendu au manque d’eau en premier lieu, mais n’oublions pas le soleil qui fait très vite monter la température. On va dire que c’est le basique.

Mais ce serait légèrement trop facile s’il n’y avait que ça.

Qui dit températures extrêmes dit chaleur mais aussi fraîcheur. Il faudra donc aussi faire attention aux températures basses la nuit.

Lorsque vous aurez le bonheur de trouver une oasis afin de vous ressourcer, ne vous relâchez pas ! Une piqure de scorpion peut s’avérer mortelle !

Si vous êtes un fin observateur, vous remarquerez rapidement que vous n’êtes pas sur la planète Terre. En effet, la présence de deux Lunes pourra être un bon indice.

Vous ne tarderez pas à croiser ses sympathiques habitants : des sortes de gros vers très énervés et affamés. Veillez à ne pas leur servir de goûter ! 

Une dynamique agréable 

Comme dans la plupart de chaque jeu de survie, tout va se jouer sur la récolte et l’utilisation des différents ingrédients et matériaux trouvés. Il y a un très grand panel d’outils et d’objets à construire que ce soit pour les abris, points de repères ou armes pour se défendre ou se nourrir. 

La mécanique est assez bien pensée avec la gestion des différents éléments et des choix draconiens à effectuer par moments afin d’améliorer votre survie.

Vous allez devoir récolter divers matériaux dont certains ne vont se trouver qu’à certains endroits.

Il va falloir vous occuper de trouver un dromadaire qui vous permettra d’atteindre des endroits plus éloignés. Sans oublier qu’il faudra veiller au bien être de celui-ci en le nourrissant… et donc attention à toujours avoir de quoi pour vous mais aussi pour votre fidèle monture !

Robert le Dromadaire

Des graphismes irréguliers

Le jeu a quelques petits points noirs sur certains graphismes plutôt simplistes et cubiques au niveau des reliefs de montagnes et rochers. Les bords de carte sont aussi mal pensés avec un arrêt abrupt, comme un mur, à proximité des montagnes finales. La tête du dromadaire avec une espèce de glotte en carrés est assez dérangeant par ailleurs.

A côté de cela les tempêtes de sable sont bien mises en valeur.

J’ai bien apprécié l’aspect survie et essayer de penser à tout sinon votre héros dépérit. Cependant je vous conseille de faire des sauvegardes régulières sinon gare à la crise de nerf quand une attaque survient dans votre dos au moment d’une construction…

Quoiqu’il en soit, je trouve le titre très prometteur et agréable à jouer. L’univers « Égypte sur une autre planète » est plaisant même si on ressent beaucoup de similitudes avec Dune : le héros sur la jaquette, les vers de sable, le monde avec deux lunes…

Encore un bon petit jeu indépendant qui serait capable avec un peu plus de moyens de tenir tête à de gros studios ! Mon coup de cœur pour cette fin d’année !

A bientôt pour de nouveaux tests 

Jb 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.